Prolongation de l’état d’urgence sanitaire, quel impact sur les voyages ?

Aeroport Covid 19

La crise lié à l’épidémie du Covid 19 va pousser le gouvernement français à prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’à fin juillet au moins.
Quelles sont les implications pour le monde du voyage à partir du 11 mai et les futures vacances d’été ?

1 – Port du masque obligatoire dans les transports

La date du 11 mai est bien maintenue comme celle du début du déconfinement progressif en France. Pour autant, cela ne signifie pas une reprise massive des déplacements et voyages.
Mais à partir de cette date, il sera de nouveau possible de se déplacer dans un rayon de 100 km. Cette limitation de distance devrait être élargie en juin.
Toutefois, dans l’ensemble des modes de transport, le port du masque devrait être rendu obligatoire pour une période non déterminée à ce jour.
Le non respect de cette obligation serait sanctionné d’une amende de 135 € comme prévu dans le cadre de la loi sur l’état d’urgence sanitaire en France.
Le port du masque obligatoire ne devra pas faire oublier le respect des règles sanitaires de base, dont la fameuse distanciation physique qui va sans doute impacter de façon très forte les compagnies de transport.

2 – Règles d’entrée sur le territoire durcies

La loi sur la prolongation de l’état d’urgence sanitaire après le 11 mai va apporter une réponse aux interrogations sur les déplacements longs, vers et surtout issus de l’étranger, surtout pour les déplacements hors espace Schengen.
Ainsi, la France va imposer une période d’isolement obligatoire pour toutes personnes entrant sur le territoire français en provenance d’une destination autre que l’UE et Royaume Uni. Ainsi tout voyageur arrivant d’un autre continent devra se soumettre à une période de « quarantaine » (parlons plutôt de quatorzaine) sous contrôle de l’état afin de limiter les risques de propagation du virus.
Toute personne testée positive se verrai elle confinée strictement dès son arrivée.
Cette mesure, un temps imaginée pour les territoires ultra marins comme la Guadeloupe, Martinique mais aussi la Corse, a été assoupli pour ces îles.

3 – Pas de traçage numérique

L’île de la Sardaigne a décidé la mise en place de mesure d’entrée extrêmement stricte sur le territoire. Ainsi, pour mettre un pied sur l’île italienne, il faut produire un test négatif de moins de 7 jours, se soumettre à une prise de température à l’entrée du territoire et accepter obligatoirement le traçage pour une application smartphone identifiant les entrants.
Cette application Stop Covid n’a pas été retenue ( pour l’instant) en France. Le traçage numérique systématique ne fait donc pas partie des mesures imposées aux voyageurs pour les prochains jours. D’autres solutions sont envisagées par le ministère de la santé mais rien de définitif à ce jour.